statistiques chat gpt
Sortlist Insights

Étude ChatGPT : Augmentation de la productivité de 74% et 51% de pertes d’emplois en marketing

5,00/5(1)

2022 a été une année difficile pour le secteur de la technologie :  effondrement de la crypto, perte d’emploi de 152 000 personnes et diminution des investissements. 

Début décembre 2022, OpenAI a lancé ce qui semblait être une bouée de sauvetage pour certains, une menace pour d’autres, sous la forme de « ChatGPT ».

L’arrivée de ChatGPT, et alors qu’OpenAI commence à piloter ChatGPT Professional, suscite énormément de questions chez les employeurs de type : “est-ce la fin de ma carrière ? Va-t-on nous remplacer ?”. 

Sortlist a interrogé 500 employés et employeurs utilisateurs de l’outil dans 6 pays. L’étude met en avant des données sur ce que les employés pensent de l’apparition de ChatGPT dans le monde du travail, combien ils seraient prêts à payer pour l’obtenir, et s’ils y voient une menace ou une opportunité.

21% des employées craignent que ChatGPT remplace leurs emplois 

Sur les 250 employés interrogés, 21% affirment que le plus gros risque de l’outil est qu’il remplace leurs emplois. En France, 19% craignent que le programme prenne leur place

Logiciels et technologies : 26% des employeurs prévoient des suppressions d’emplois à cause de ChatGPT

Selon notre sondage, 23 % des employés travaillant dans le secteur des logiciels et de la technologie craignent de perdre leur emploi à cause de ChatGPT. Ils devraient peut-être l’être, car 26 % des employeurs du même secteur envisagent de réduire leurs effectifs en conséquence directs.

comment chatgpt affectera le nombre d'emplois

Education : 31% des employés craignent des suppressions des postes 

Le secteur de l’éducation n’est pas épargné avec 31% des employés qui pensent que ChatGPT pourrait les remplacer. 

Les employés dans la finance : 70% plus à risque que prévu

La finance est le deuxième secteur où les employeurs considèrent ChatGPT comme un moyen de réduire les effectifs. Cependant, contrairement au secteur de l’éducation, les employés du secteur de la finance ne considèrent pas le ChatGPT comme une menace.  

Seuls 14% des employés du secteur de la finance craignent que ChatGPT soit utilisé pour réduire les effectifs et les coûts dans leur entreprise.

Cependant, 22% des employeurs du secteur financier considèrent cette option comme une possibilité s’ils devaient introduire le ChatGPT dans leur entreprise.

L’informatique reste une affaire d’hommes, le marketing s’automatise

51% de ceux qui prévoient de réduire leurs effectifs le feront dans le marketing. Au niveau des départements, les employés des départements de gestion de produits et de service à la clientèle sont 2x plus susceptibles de s’inquiéter pour leur emploi que les spécialistes du marketing… mais les spécialistes du marketing sont ceux qui sont le plus à risque.

inquiétude quant à la perte d'emplois par rapport aux coupes prévues dans chaque département

D’après nos données, 51% des employeurs qui envisagent de réduire leurs effectifs pensent que le ChatGPT serait mis en place dans leurs départements marketing et RP. Une vague imprévue de licenciements dans le domaine du marketing est à venir : seul un quart des employés de ces départements envisagent une réduction des effectifs dans leur organisation.

Bien que les employés et les employeurs aient des opinions différentes sur les emplois qui pourraient être touchés par ChatGPT, les deux groupes s’accordent à dire que le chatbot a du potentiel dans le domaine du marketing. 

En revanche, les employés du marketing ne savent pas combien d’employeurs sont prêts à utiliser le robot.

43% des employeurs souhaitent embaucher ChatGPT en tant que rédacteur marketing, contre 36% des employés qui considèrent que le chatbot a un rôle à jouer dans ce domaine.

Les milléniaux semblent inquiet que ChatGPT prenne leur emploi

Tous secteurs confondus, les milléniaux sont 43 % plus inquiets des suppressions d’emplois dans leur secteur d’activité. Toutefois, ce chiffre augmente de manière significative lorsqu’il s’agit de ceux qui travaillent dans les secteurs des logiciels et des technologies.

chat gpt emplois milléniaux

Au sein du secteur, la plupart des milléniaux qui craignent des suppressions d’emplois imaginent que ChatGPT sera utilisé pour rédiger des textes plutôt que pour coder, par exemple pour répondre aux questions des clients (50 %) et pour toucher des clients potentiels (38 %).

La peur de la perte d'emploi des milléniaux, tâches à risque

De même, dans le domaine de la finance, les employés millénaires sont 2,4x plus nombreux à s’inquiéter des suppressions de postes par rapport aux autres générations dans le même domaine.

La probabilité des employés de prévoir les pertes d'emploi en finance

67% d’entre eux pensent que le chatbot pourrait avoir un impact sur ceux qui rédigent des textes marketing, mais aussi, qu’il pourrait avoir un impact sur les employés qui analysent les données.

Les employeurs prévoient une augmentation de la productivité de 74% en moyenne

La plupart des employés (32%) voient une augmentation de la productivité comprise entre 25 et 50%, tout comme les employeurs (33%), mais ces derniers voient une augmentation moyenne de la productivité légèrement supérieure à celle de leurs employés.

Gains de productivité prévus avec chatgpt Employeurs vs. employés

Les employés utiliseraient ChatGPT pour le codage, les employeurs pour le marketing

Parmi les employés qui pensent que ChatGPT pourrait au moins doubler leur productivité, 45 % l’utiliseraient pour des tâches de codage, et 38 % d’entre eux pensent qu’il serait le plus bénéfique pour les départements informatiques et d’ingénierie. 

Cependant, seuls 31% des employeurs pensent que le codage verrait un avantage aussi important du chatbot.

productivité quelles tâches seront révolutionnées avec chatgpt

D’autre part, 41 % des employeurs s’attendent à ce que ChatGPT double leur productivité dans les départements de marketing et de relations publiques et l’utiliseraient également pour la rédaction de textes marketing.

50 % des employés gen z pensent que leur productivité au travail pourrait être multipliée par deux ou trois

58 % des 18-24 ans pensent que ChatGPT doublerait au moins leur productivité en répondant aux questions des clients. 50 % d’entre eux pensent qu’il serait plus utile pour écrire du code et générer des textes non-marketing.

générations qui pensent que ChatGPT va multiplier par 2 leur productivité ?

Plus humain que jamais, mais 39% craignent une perte du contact humain avec ChatGPT

Alors que les participants à l’enquête se sont montrés enthousiastes quant aux gains de productivité potentiels de ChatGPT, près de 39% ont exprimé leur inquiétude quant à la perte du contact humain.

incovénients de l'utilisation de chatgpt

Et, fait révélateur, 46% de ceux qui partagent cette crainte imaginent que ChatGPT sera surtout utilisé dans le service client.

37% des employeurs qui utiliseraient ChatGPT pour le service client travaillent dans le secteur des logiciels et de la technologie. Parmi eux, 72% ont peur d’une perte du contact humain.

craintes que les employeurs du secter des logiciels et des technologies utilisent chatgpt pour le service clientèle

Malgré tous les discours sur le remplacement du service client humain par ChatGPT, seuls 14% des employeurs du secteur des logiciels et de la technologie (les plus grands adeptes de ChatGPT) chercheraient à réduire leurs effectifs dans ce domaine.

secteur des logiciels et des technologies réduiraient les effectifs du service clientèle

« Written by AI » : les ventes et les clients qui réussissent sont 67 % plus susceptibles de penser que le filigrane rend ChatGPT inutile

82% des employeurs pensent qu’un filigrane ne ferait pas de différence dans leur utilisation de ChatGPT.

chatgpt nuirait-il avec filigrane

Mais pour ceux qui pensent que cela rendrait leur contenu indigne de confiance, 52% s’attendent à utiliser ChatGPT pour répondre aux questions des clients, et 43% pour atteindre des clients potentiels. Ils sont également 1,6 fois plus nombreux à s’inquiéter d’une perte du contact humain.

susceptibilité de s'inquiéter d'une perte de la touche humaine si chatgpt avait un filigrane

Qu’en est-il du filigrane ? Lorsqu’il s’agit d’un texte en filigrane qui donne l’impression que le contenu généré par l’IA n’est pas digne de confiance, les employeurs et les employés partagent les mêmes préoccupations concernant le contact avec les clients. 

Parmi les plus inquiets, 39% craignent de paraître indignes de confiance lorsqu’ils contactent les clients et 44% lorsqu’ils répondent aux questions des clients.

effet d'un filigrane sur les tâches

Les entreprises craignent que le contact direct avec les clients ne les fasse passer pour peu fiables si ces derniers savent qu’ils parlent avec un bot. Admettre aux clients que leur contenu est produit par l’IA pourrait détourner ceux qui recherchent une expérience plus personnalisée.

68 % de ces employeurs estiment également que le chatbot ne devrait pas être laissé sans surveillance. Ils doutent donc de la crédibilité de son travail dans un rôle crucial, lorsqu’il est au contact du client.

pourcentage des employeurs contre un filigrane qui font confiance à ChatGPT pour travailler sans surveillance

L’industrie technologique prête à s’investir dans ChatGPT Professional

Ceux qui sont prêts à payer plus de 250 € par mois sont deux fois plus susceptibles de faire entièrement confiance à ses résultats. Le projet pilote du service payant ChatGPT Professional soulève la question suivante : quels sont les secteurs qui sont prêts à passer à l’action ?

32 % des personnes prêtes à payer plus de 250 € par mois proviennent du secteur des logiciels et des technologies, et 52 % sont prêtes à payer plus de 500 €. Ce secteur est donc majoritairement prêt à payer davantage pour ChatGPT Professional. 

Pour replacer ces chiffres dans leur contexte, la deuxième place revient au secteur de la finance, avec seulement 19 % de personnes prêtes à payer plus de 250 € par mois.

top 5 secteurs prêts à payer plus de 250 euros par mois pour chatgpt

Cependant, les employeurs du secteur des logiciels et de la technologie sont 1,8 fois moins susceptibles de faire confiance à ChatGPT pour travailler sans surveillance que les autres secteurs… cela signifie-t-il qu’il existe une disparité dans la façon dont les entreprises du secteur des logiciels et de la technologie considèrent l’évolution de ChatGPT sur le lieu de travail ?

probabilité que les employeurs autorisent chatgpt de travailler sans supervision

Pour les employeurs qui sont prêts à payer moins de 50 € par mois, 54 % ont déclaré qu’ils ne feraient pas confiance à ChatGPT pour travailler sans supervision et qu’il devrait être vérifié ou simplement utilisé comme source d’inspiration. Il semble que les préoccupations concernant l’exactitude soient le principal point sensible qu’OpenAI devra résoudre afin d’obtenir une adoption généralisée.

confiance à chatgpt pour travailler sans supervision

Bien que ChatGPT ait laissé une impression d’autonomie aux employés et aux employeurs, il est connu pour faire des erreurs simples, ce qui nous amène à nous demander s’il doit être laissé sans supervision.

(visual – this screenshot?)

Il est compréhensible que les employeurs qui pensent que ChatGPT peut travailler sans supervision soient 18% plus susceptibles de réduire les effectifs de leur entreprise.

Conclusion

ChatGPT a créé des perceptions différentes parmi les employés et les employeurs quant à son impact potentiel sur la main-d’œuvre. Que ce soit sur les suppressions d’emplois ou en termes de productivité, ChatGPT pourrait avoir un impact sur les secteurs de la finance, des logiciels et des technologies avec l’IA intégrée dans, très probablement, leurs départements marketing.

On ne sait pas si le chatbot continuera à être accessible gratuitement, mais les employeurs sont prêts à payer pour obtenir du texte généré par l’IA. Mais attendons de voir si le contenu du chatbot avec un filigrane qui pourrait aussi bien dire « Je n’ai pas été écrit par un humain » changera notre utilisation du chatbot.

Méthodologie

L’étude a été menée entre le 27 décembre 2022 et le 9 janvier 2023, auprès de 500 utilisateurs dans 6 pays : le Royaume-Uni, la Belgique, l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas et la France. 

Dans l’étude, nous avons interrogé des employeurs et des employés utilisateurs de ChatGPT afin de recueillir leurs points de vue sur le système d’IA et son impact potentiel sur leurs emplois ou leurs entreprises. Les réponses sont anonymes.

close

Accèdez à notre contenu exclusif !

email